be_ixf;ym_202108 d_03; ct_100
FERMER
Final race day at Matterley Basin MXoN
NEWS

3 raisons de ne manquer le Motocross des Nations 2018 sous aucun prétexte

Oct 042018

Ca fait 71 ans que les fans de motocross ont un weekend particulier qu’ils ne rateraient pour rien au monde : le Motocross des Nations est unique. Non seulement il est solidement ancré dans l’histoire de ce sport, mais c’est le seul event en équipe concentré sur une seule journée.

Des premières éditions sur les circuits confidentiels hollandais, britanniques, belges et suédois au monstre que c’est devenu aujourd’hui le MXdN ou les Nations est le point d’orgue de la saison pour plusieurs raisons :

Le patriotisme (c’est le seul moment où trois pilotes mettent de côté leurs ambitions personnelles et s’unissent sous les couleurs de leur drapeau)

Le spectacle est bien entendu à la hauteur (les meilleurs riders sont sélectionnés pour représenter leur pays et il est fréquent que tout se joue durant les derniers instants de course)

Le lieu qui contribue également à l’engouement (tout se passe sur les meilleurs circuits et les plus légendaires au monde)

Le cosmopolitisme de l’évènement  avec plus de 30 pays représentés qui tentent de faire partie des 20 restants pour le dimanche

L’histoire, avec le team USA détenteur du record de victoire. Mais au-delà de ça le MXdN fait vraiment partie de l’histoire du motocross et tous ceux qui ont pu y rouler le gardent présent dans leur mémoire.

C’est le grand évènement et les spectateurs s’y rendent en masse munis de drapeaux, de fumigènes et de quoi faire du bruit. C’est le carnaval annuel et la célébration du motocross.

 

1 C’est le moment pour le team USA

 

Six années de disette… De 2005 à 2011 et avec des légendes comme Ricky Carmichael, Ryan Villopoto et Ryan Dungey au top, le team USA était le champion incontesté aux Nations. La dernière victoire qui remonte à St Jean d’Angely en 2011 semble si lointaine. Il y a eu des années où ils sont passés près comme en 2016 au Maggiora en Italie mais rien n’y a fait.

 

C’est le moment, une course à domicile dans une région passionnée de motocross (RedBud accueille le round le plus populaire des Lucas Oil AMA Pro National Series), le team USA a les cartes en main pour aller chercher la victoire. Ils ont le pilote Monster Energy Kawasaki Eli Tomac champion des US et également le n°1 en 250 Aaron Plessinger. Le tout complété de l’expérimenté Justin Barcia ce qui donne un line-up redoutable

Le team USA a dû batailler contre les circuits ces dernières années. La dernière visite des nations chez eux était en 2010 et depuis ils ont dû en découdre sur le circuit rocailleux de France en 2011, dans le sable de Lommel en 2012, l’étroit tracé de Teutshenthal en Allemagne en 2013, le sol argileux de Kegums en Littuanie en 2014, le circuit plus dur d’Ernée en 2015, les bosses étroites du Maggiora en Italie en 2016 et sur le terrain lourd et boueux de Matterley Basin au Royaume Uni l’an dernier.

 

A RedBud ils sont dans un environnement familier. Avec Tomac comme chef de file qui aura l’occasion de se mesurer au champion du monde MXGP Jeffrey Herlings rarement les USA n’auront été dans d’aussi bonnes conditions

2. L’adversité

 

Le pilote Monster Energy Yamaha Romain Febvre s’est blessé au GP de Turquie en décembre et le n° 461 ne pourra s’aligner avec le team France qui règne sur les Nations depuis 2014.

Febvre est invaincu aux Nations. Il y a faits des débuts fracassants en 2015 l’année qui le voyait remporter le titre mondial en MXGP et a toujours été sur la plus haute marche du podium au MXdN.

Il a été remplacé par Jordi Tixier, un ancien champion MX2 mais qui a lui aussi souffert d’une blessure en 2018. En 2017, la France avait dû s’en remettre à Christophe Charlier un ancien rider MXGP passé en enduro par manque de remplaçants. C’est un peu ce qui va se passer à Redbud avec Tixier alors que les bleus auront le poids des plaques n° 1, 2 et 3 à porter. On y retrouvera le pilote Star Racing Yamaha Dylan Ferrandis, qui vient tout juste de terminer une impressionnante campagne américaine en supercross et motocross et qui sera de retour aux Nations pour la première fois depuis 2014 et le début de la série de victoires françaises.

 

Finalement fin prêt pour ces Nations, Ferrandis sera une des principales attraction en MX2 avec son coéquipier chez Yamaha Plessinger, le champion du monde MX2 Jorge Prado, l’australien Hunter Lawrence et le pilote Kemea Yamaha Ben Watson (n° 4 mondial et débutant pour le team GBR) entre autres.

 

La France a été affaiblie c’est un fait. Mais ils ont déjà démontré leur caractère. Tixier, Ferrandis et Gautier Paulin ont l’expérience de la gagne pour contrer les américains, ainsi qu’un team Hollande qui sera une très forte menace, les belges qui finissent régulièrement sur le podium et peut être également les britanniques avec Watson accompagné de Tommy Searle et Max Anstie. N’oublions pas non plus l’Allemagne avec Ken Roczen de retour depuis sa dernière course en 2013.

 

Depuis le début du siècle, seuls la Belgique, l’Italie, les USA, la France et l’Allemagne ont gagné les Nations. Verra-t-on un nouveau pays couronné ?

3. La scène

 

Il y a peu d’endroits aussi appropriés aux Etats-Unis que RedBud. Le large tracé de la piste associé à son prestige (grâce à sa présence ininterrompue sur le championnat national depuis le début des années 70) rendent le circuit, situé à l’Est de Chicago dans la ville de Buchanan, immédiatement identifiable dans le monde entier. Ce weekend, RedBud deviendra le Monaco du motocross, autrement dit un circuit inspirant et présent dans l’esprit de toute la communauté.  

 

N’oubliez pas de jeter un œil à l’impressionnant « LaRocco Leap » un des jumps les plus connus du motocross.

La co-propriétaire Amy Ritchie parle d’une foule nombreuse avec une grande énergie de ce qu’elle a vu à Matterley Basin en Septembre dernier et avec un camping et une aire de spectateurs sold out, nul doute que les nations sont prêtes pour un nouvel épisode magistral !

PARTAGE CET ARTICLE:

RECOMMANDÉ

POUR VOUS