be_ixf;ym_202108 d_03; ct_50
FERMER
Clement Desalle celebrating on the podium of 2018 MXGP Trentino
NEWS

Desalle monte pour la 3ème fois sur le podium cette année lors du MXGP d’Italie !

Apr 092018

Le soleil a brillé sur le 4ème MXGP près des spectaculaires montagnes Dolomites. Clément Desalle s’est hissé sur la seconde place du podium sur le très engagé et compact circuit de Pietramurata.

Le Championnat du Monde FIM Motocross 2018 est loin d’être joué mais Desalle a déjà engragé trois fois la seconde place ce qui lui assure une troisième position au général derrières les très rapides KTM de Jeffrey Herlings et Tony Cairoli. Face à une foule importante, c’était aussi l’occasion de lancer le Championnat du Monde FIM féminin MXW où Courtney Duncan et Kiara Fontanesi ont fini respectivement 2ème et 3ème derrière Larissa Papenmeier.

Mais c’est en MX1 qu’on a pu voir la lutte la plus acharnée avec un Desalle déchainé derrière les KTM « C’était un bon weekend et j’ai été régulier. Je savais que le départ serait vraiment important. Je me sentais bien sur la moto. Lors des trois dernières manches on a été capables de sortir du lot et c’est une bonne chose pour moi. On a fait de petits progrès » nous a confié le belge avant de nous livrer quelques indications sur le Grand Prix du Portugal à Agueda le weekend prochain

« J’AI DU CARACTERE ET JE LE SAIS… MAIS JE PREFERE ETRE LUCIDE LA DESSUS. JE NE SUIS PAS QUELQU’UN DE FAUX »

Il doit y avoir une tonne de choses sur lesquelles travailler pour rester au niveau de préparation et de performance en MXGP…

Le fitness entre en compte évidemment, mais c’est aussi un travail mental. Le tout c’est d’avoir le bon équilibre. Chaque année j’analyse ce que j’ai fait et comment j’ai été pour voir ce que je peux améliorer. Ca veut généralement dire qu’il faut changer quelques détails. Des fois sur le plan technique, mais également sur chaque aspect de la préparation. La première chose c’est de prendre du plaisir sur la moto, c’est le plus important pour moi. Un petit exemple, c’est le circuit d’il y a deux semaines en Espagne : si tu prends un bon départ, alors tu peux rouler fort, comme tu veux et prendre du plaisir. Si tu prends un mauvais départ c’est de suite plus compliqué ! On est tellement près les uns des autres, c’est difficile de dépasser.

Ces deux dernières années, tu as beaucoup parlé des aspects positifs d’un weekend de course. Ca semblait être quelque chose de nouveau pour toi…

J’ai du caractère et je le sais. Mais je préfère être lucide là-dessus. Je ne suis pas quelqu’un de faux. Si je ne suis pas content et bien m**** je ne suis pas content. Tu peux avoir des mauvaises passes et j’ai pas peur de montrer ça. Je veux toujours être meilleur et peut-être que lorsque j’ai débuté avec mon père on ne se rendait pas assez compte des choses positives qu’on faisait. Peut-être qu’on se focalisait sur le négatif pour s’améliorer. Je pense que c’est un trait de ma personnalité. Depuis que j’ai une fille, ça m’a fait voir les choses de manière différente. J’ai une famille. J’ai perdu mon grand-père il y a quelques années et ça m’a fait comprendre qu’il faut profiter de son temps, profiter de la vie. Je veux un bon mix entre tout ça : ma vie de famille, mon travail et les courses. Ca veut dire être positif et heureux… mais je ne me cacherai pas non plus si je suis énervé !

« JE VEUX DONNER LE MEILLEUR ET ETRE REGULIER »

Les enfants ça amène souvent du positif

C’est vrai ! Et ça me touche beaucoup, j’aime ça. Ca te fait analyser et penser différemment. « Est-ce que c’est vraiment important ? Est-ce que j’ai vraiment besoin de m’énerver pour ça ? »

C’est encore le début de saison, mais que penses-tu des KTM ?

Bonne question. C’est un peu frustrant. Dans un sens ces pilotes sont aux avant-postes depuis des années et c’était déjà les hommes à battre… mais on peut aussi décider de ne pas se focaliser sur eux. On a tellement de courses dans la saison. On verra quand ils auront à batailler car je n’imagine pas que ça puisse être aussi simple pour eux tout au long des vingt GP. Je veux donner le meilleur et être régulier. Bien sûr j’ai envie de gagner des courses et des manches pour faire des podiums mais pour te répondre, je ne me suis pas vraiment posé la question… Il y a beaucoup de journées à venir et chacune est différente. Il faut prendre course après course et ne pas paniquer

PARTAGE CET ARTICLE:

RECOMMANDÉ

POUR VOUS