be_ixf;ym_202008 d_05; ct_100
FERMER
Shots from qualifying day at MotoGP Brno
NEWS

CALIFABULEUX : QUELQUES MOTS AVEC CAL CRUTCHLOW

Apr 302020

« En fin de compte, j’aurais donné 100%, mais je ne pense pas être fini, ma motivation est toujours aussi grande »

 Cal Crutchlow débute en MotoGP en 2011 et décroche le titre de « rookie de l’année » au sein de l’écurie Monster Yamaha Tech3. Et c’est également au sein de l’écurie française que Cal remporte ses premiers podiums et pole positions avant de rejoindre l’équipe Ducati trois ans plus tard.

 En 2015, débute une nouvelle aventure auprès de son team actuel LCR Honda. Cal connaît son heure de gloire en 2016 remportant la victoire sur la piste détrempée de Brno (République Tchèque). Il devient le premier britannique à remporter une course en catégorie reine depuis 35 ans le tout suivi d’une nouvelle victoire à Phillip Island, qui lui offrit le titre de meilleur pilote indépendant. De nouveaux podiums en 2017 et un démarrage solide au cours de la première moitié de la saison 2019 avec trois podiums et une fin de saison plus discrète l’ont amené à la 9ème place du championnat.

Fin avril 2020, comme tout le monde, Cal est à l’arrêt, attendant patiemment la date de la première course. Malgré quelques rumeurs qui annoncent sa retraite en 2020, l’Anglais déclare néanmoins en octobre dernier chez Autosport une envie de continuer « Concernant mon avenir, je veux continuer car je veux également me prouver que j’ai de la vitesse et que je peux gagner » Avec le championnat toujours suspendu, Cal, sa femme Lucy et leur jeune fille Willow ont trouvé refuge  hors d’Angleterre à San Diego en Californie, attendant que la DORNA lui indique sa nouvelle destination.

Ce dimanche soir, Cal était comme souvent dans un très bon état d’esprit et ravi que nous l’appelions.

 

" j’ai énormément de chance car nous avons toujours le droit de sortir et faire du vélo "

Cal, tu m’as écris que tu attendais en Californie, je pensais que toi et ta famille étiez retourné en Angleterre ?

Oui, nous sommes à Santa Fe en Californie. Quand la première course a été annulée, j’ai dit à Lucy que la première aurait lieu à Austin et donc nous sommes partis en Californie pour être déjà sur place, et nous y sommes toujours. Depuis plus d’un mois je crois. Nous sommes à San Diego, nous avons une maison et nous profitons de la météo. Nous avons la chance d’avoir un petit bout de terrain. Lucy & Willow ne sortent pas vraiment de la maison mais Willow peut toujours profiter de la piscine, elles sont heureuses et c’est génial.

Que fais-tu pour t’occuper et rester en forme ? Je sais que tu es un cycliste passionné…

Et bien, j’ai énormément de chance car nous avons toujours le droit de sortir et faire du vélo, et c’est tout ce que je fais ! Je passe des heures sur ma selle, je profite du vélo et bien sûr je garde mes distances avec les autres cyclistes. Comme tu dis, à ce jour, il n’y a pas de date précise pour reprendre les courses, on doit attendre mais je pense qu’il y’a des choses plus importantes dans le monde en ce moment que de se soucier de la moto. Mais il faut tout de même penser à rester en forme pour la reprise.

" Je trouve que la FIM, la DORNA et l’IRTA font un excellent travail compte tenu de la situation. A date tout est à l’arrêt, le développement des motos également. Ce qui est normal... "

Penses-tu qu’il y aura des courses cet été ou à l’automne ?

Je l’espère! Je l’espère vraiment! Je trouve que la FIM, la DORNA et l’IRTA font un excellent travail compte tenu de la situation. A date tout est à l’arrêt, le développement des motos également. Ce qui est normal et comme je le disais, la DORNA fait un excellent boulot en nous maintenant informés de la situation dans chaque pays. Je pense que nous aurons le droit de piloter et j’espère que ce sera une course et j’espère surtout que les fans pourront y assister. Si nous avons deux cent mille personnes qui viennent assister à la course, il faudra que ce soit sûr pour tout le monde avant d’ouvrir les portes. Nous pilotons, nous vivons grâce à ce milieu et il n’y a rien de mieux que de piloter avec la foule dans les gradins. J’espère que nous pourrons de nouveau bientôt rouler et que les fans seront bien présents.

Es-tu en contact avec Honda et ton équipe LCR Castrol Honda ?

Oui, nous sommes très souvent en contact, je parle quotidiennement avec tous les membres de l’équipe mais aussi les patrons au Japon pour suivre l’évolution et garder l’espoir de rouler vite. Je suis également en contact avec mes sponsors, on se parle tous les jours avec Monster Energy qui sont basés à Corona en Californie et même avec Rodney Sacks le PDG. Je pense que c’est important en ce moment. Bien sûr ce sont des sponsors mais ce sont également des gars géniaux et de grands amis et c’est cool de s’assurer que tous aillent bien. C’est important aussi de voir ce qu’on peut faire pour eux, promouvoir et maintenir l’excitation avant de pouvoir retourner sur les circuits, j’aime bien ce genre de choses. On a évoqué ton départ à la retraite en 2020. J'ai parlé avec Jonathan Rea il y a quelques temps et lui aussi semblait envisager la retraite, mais lorsque la pandémie a frappé et que Jonathan est rentré chez lui en Irlande du Nord, il n’en avait plus vraiment envie. Qu’en penses-tu? Je veux dire, cette situation pourrait être une sorte de «test» de retraite pour vous deux? Ah, je ne sais pas… Je suis fier de ce que j’ai accompli, j’ai une belle carrière, ça aurait pu être mieux, mais ça aurait pu être pire ! Mais au final, j’ai donné le maximum de moi-même et je ne pense pas être fini ! J’ai toujours envie, même à la fin de la saison dernière, j’ai déclaré que je me voyais encore sur les circuits en 2021 et je pense en être capable. Donc avec la motivation et le fait de vouloir continuer, je ne crois pas que cette pause va changer quoi que ce soit et j’ai déjà discuté avec Honda pour renouveler mon contrat. Et même si on a pas encore roulé cette année, on verra comment les choses évoluent.

On a évoqué ton départ à la retraite en 2020. J'ai parlé avec Jonathan Rea il y a quelques temps et lui aussi semblait envisager la retraite, mais lorsque la pandémie a frappé et que Jonathan est rentré chez lui en Irlande du Nord, il n’en avait plus vraiment envie. Qu’en penses-tu? Je veux dire, cette situation pourrait être une sorte de «test» de retraite pour vous deux?

Ah, je ne sais pas… Je suis fier de ce que j’ai accompli, j’ai une belle carrière, ça aurait pu être mieux, mais ça aurait pu être pire ! Mais au final, j’ai donné le maximum de moi-même et je ne pense pas être fini ! J’ai toujours envie, même à la fin de la saison dernière, j’ai déclaré que je me voyais encore sur les circuits en 2021 et je pense en être capable. Donc avec la motivation et le fait de vouloir continuer, je ne crois pas que cette pause va changer quoi que ce soit et j’ai déjà discuté avec Honda pour renouveler mon contrat. Et même si on a pas encore roulé cette année, on verra comment les choses évoluent.

" oui je suis prêt à rouler !! Ma cheville va bien, je me sens bien, je me sens entraîné et prêt à aller piloter n’importe où "

On t’a qualifié de "mule" lors des tests de pré-saison MotoGP avec tes 64 tours tout seul au test de Sepang, comment te sentais-tu ? Comment était la moto ?

Je crois qu’Honda a encore amélioré ses moteurs, et l’électronique. Nous avions quelques soucis dans les virages et au Qatar on a finalement trouvé quelque chose. Mais c’est ce qu’il faut faire, des tours et des tours ! Chaque détail, chaque information sont donnés à Honda et aux ingénieurs qui sont très compétents et travaillent vraiment dur pour nous. Tout est tellement important et aide à développer les plus petits détails de la moto. Pour certains pilotes, les tests ne sont pas toujours bénéfiques, mais j’ai le sentiment qu’on a trouvé un bon équilibre avec les gars. Je peux toujours donner de bonnes informations et mon ressenti, j’ai toujours été celui qui faisait beaucoup de tests, Mais pas de doute, oui je suis prêt à rouler !! Ma cheville va bien, je me sens bien, je me sens entraîné et prêt à aller piloter n’importe où. Ne pas rouler pendant plusieurs mois t’offre le temps de bien faire les choses, comme je disais, tu dois rester en forme et apprécier la vie, même dans cette période. Willow aime les glaces et j’adore également alors on se régale ! Mais pas de doute que quand il faudra y’aller je serai prêt.

J’ai toujours voulu te demander… Mike Hailwood, Geoff Duke, John Surtees, Barry Sheene, Phile Read et toute l’histoire incroyable du succès Anglais en MotoGP, est-ce important pour toi?

Non pas vraiment, enfin je sais à quel point c’est important, je veux dire que je ne regarde pas mes statistiques. Au final être celui qui gagne après 35 ans de disette c’est plutôt cool ! Quelque chose qui va rester. J’ai lu dernièrement que Barry Sheen avait gagné il y’a 35 ans, j’ai le numéro 35 et je vais avoir 35 ans cette année! Mais c’est assez embarrassant d’être comparé à ces grands, Ils ont fait tellement plus que moi. J’ai aimé ma carrière et j’en suis fier mais ils ont remporté des championnats, c’est génial de pouvoir regarder ce qu’ils ont fait, moi je ne regarde jamais mes statistiques, je vais de course en course et fais mon maximum sur chacune.

PARTAGE CET ARTICLE:

RECOMMANDÉ

POUR VOUS